Faire le calcul des frais de transport à déduire de vos impôts

Sommaire

Le Code fiscal vous permet de déduire de vos revenus ce que vous avez dépensé pour vous rendre au travail. Vous avez le choix entre un abattement forfaitaire de 10 %, ou des frais réels obtenus en consultant le barème de l'administration fiscale. Seuls les 40 premiers kilomètres séparant votre domicile de votre lieu de travail comptent. Cependant, il est possible de prendre en compte de plus grandes distances si les conditions sont réunies.

Voici comment faire le calcul des frais de transport à déduire de vos impôts.

1. Déterminez la distance à prendre en compte

Si vous habitez à 40 km ou moins de votre lieu de travail

Si vous habitez à 40 km de votre lieu de travail, vous pouvez prendre en compte toute la distance parcourue. Vous déduirez ainsi un maximum de 80 km de frais (40 km aller, 40 km retour). Mais il ne s'agit là que d'un maximum, vous ne devez prendre en compte que la distance que vous parcourez tous les jours.

Bon à savoir : attention, il s'agit de bien prendre en compte la distance qui vous sépare de votre lieu de travail. Votre centre des impôts habite dans votre proximité, un inspecteur pourra rapidement déterminer si vous déclarez la bonne distance.

Si vous habitez à plus de 40 km de votre lieu de travail

Si votre lieu de travail se trouve à plus de 40 km de votre domicile, vous pourrez calculer vos frais dans une distance maximum de 80 km. Pour cela, l'une de ces conditions doit être réunie :

  • Vous n'arrivez pas à trouver un emploi à proximité de votre domicile.
  • Cet emploi éloigné est précaire, ou bien présente un aspect mobile.
  • Votre conjoint, partenaire de PACS ou concubin dispose d'un emploi proche de votre domicile commun. Il ou elle déduit ainsi moins de frais de ses impôts, ce qui compense les vôtres.

Rédigez une note explicative à l'attention du centre des impôts, la plus détaillée possible afin de justifier que l'une de ces trois situations vous concerne.

2. Consultez le barème kilométrique

Chaque année, l'administration publie son barème kilométrique. Ce barème forfaitaire prend en compte la puissance administrative du véhicule et la distance annuelle parcourue, mais également le « type de motorisation du véhicule » (loi n° 2018-1317 du 28 décembre 2018 de finances pour 2019).

Bon à savoir : pour les véhicules électriques, le montant des frais de déplacement à déduire des revenus est majoré de 20 % (arrêté du 15 février 2021).

Vous pouvez faire vos calculs à la main à partir de ces chiffres.

L'administration fiscale met également à votre disposition une calculatrice de frais kilométriques.

  1.  À l'aide du menu déroulant, rentrez la puissance administrative de votre véhicule.
  2.  Puis dans le champ du dessous, entrez le nombre de kilomètres effectués dans l'année.
  3.  Cliquez sur « calculez ». Le montant des frais que vous pouvez déduire apparaît.

Exemple : admettons que votre travail se trouve à 20 km de votre domicile. Vous pouvez donc déduire 40 km par jour travaillé. Admettons que vous ayez effectué le déplacement 230 jours dans l'année, vous avez donc 9 200 km dans l'année. Admettons que votre véhicule ait une puissance fiscale de 5 CV. En rentrant ces données dans le calculateur, vous vous apercevez que vous pouvez déduire 4 493 € de frais kilométriques en 2022, soit 1 320 € + (9 200 × 0,339).

Bon à savoir : les personnes qui se rendent au travail à vélo, en covoiturage, en transports en commun (hors abonnement relevant de la prise en charge par l'employeur à hauteur de 50 %) ou en utilisant des services de mobilité partagée (voiture électrique, scooter et trottinette électrique en free-floating par exemple) peuvent bénéficier du « forfait mobilités durables » qui remplace l'indemnité kilométrique vélo depuis le 11 mai 2020 (décret n° 2020-541 du 9 mai 2020). Son montant en 2022 est de 700 € par an et par salarié (article 81 du Code général des impôts). Il peut être cumulé avec la prise en charge obligatoire des frais de transports publics dans la limite de 800 € (article 3 de la loi n° 2022-1157 du 16 août 2022 de finances rectificative pour 2022) ou du montant de la prise en charge obligatoire s’il est supérieur à 800 €. Il peut également être cumulé avec la prise en charge facultative des frais de carburant ou d'alimentation de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou à hydrogène, dans la limite de 700 €. La prise en charge des frais personnels de transports par l’employeur peut prendre la forme d’un titre mobilité (articles L. 3261-5 et suivants du Code du travail) dont le fonctionnement est comparable à celui du titre-restaurant. Le forfait mobilités durables s'applique également aux agents des trois versants de la fonction publique (d'État, territoriale et hospitalière). Il est calculé en fonction du nombre de jours d'utilisation du mode de transport durable et s'élève à 100 € pour 30 à 59 jours, 200 € pour 60 à 99 jours et 300 € pour au moins 100 jours.

Ces pros peuvent vous aider